Il y a un mois de cela, j’avais l’honneur d’accueillir un peu plus d’une quarantaine de femmes entrepreneures en plein coeur de Bordeaux, pour célébrer ensemble la naissance de notre projet : Les Entrepreneures Bienveillantes.

J’avais commencé notre entrevue par une petite histoire, que je souhaite également vous offrir… 

En effet, j’ai récemment lu au détour d’une page du bel ouvrage de Lisa Garnier (“Psychologie positive et écologie”), que les histoires avaient le don de mettre tout le monde sur la même fréquence émotionnelle… 

Troublant, n’est-ce pas ?

La voici telle quelle : 

Un de nos amis marchait sur une plage mexicaine déserte, au coucher du soleil. Peu à peu, il commença à distinguer la silhouette d’un autre homme dans le lointain. Quand il fut plus près, il remarqua que l’homme, un indigène du pays, ne cessait de se pencher pour ramasser quelque chose qu’il jetait aussitôt à l’eau. Maintes et maintes fois, inlassablement, il lançait des choses à tour de bras dans l’océan. 

En s’approchant encore davantage, notre ami remarqua que l’homme ramassait les étoiles de mer que la marée avait rejetées sur la plage et, une par une, les relançait dans l’eau. 

Notre ami était intrigué. Il aborda l’homme et lui dit :

« Bonsoir, mon ami. Je me demandais ce que vous étiez en train de faire. » « Je rejette les étoiles de mer dans l’océan. C’est la marée basse, voyez-vous, et toutes ces étoiles de mer ont échoué sur la plage. Si je ne les rejette pas à la mer, elles vont mourir du manque d’oxygène. » « Je comprends, répliqua notre ami, mais il doit y avoir des milliers d’étoiles de mer sur cette plage. Vous ne pourrez pas toutes les sauver. Il y en a tout simplement trop. Et vous ne vous rendez pas compte que le même phénomène se produit probablement à l’instant même sur des centaines de plages tout le long de la côte ? Vous ne voyez pas que vous ne pouvez rien y changer ? »

L’indigène sourit, se pencha et ramassa une autre étoile de mer. En la rejetant à la mer, il répondit : « Ça change tout pour celle-là…»

Les yeux humides et les sourires complices des entrepreneures présentes lors de cette soirée d’inauguration m’ont laissés imaginer que nous partagions bel et bien le moment d’alignement attendu. 

C’est donc suite à cette brève lecture que j’ai pu commencer à dérouler l’ensemble des idées portées par Les Bienveillantes. Ce récit faisait état d’une philosophie et de valeurs transcendantes… Tout comme ce projet, qui devenait alors aussi le leur. 

 

les entrepreneures bienveillantes

 

Un réseau féminin portant des valeurs fortes

 

Les Entrepreneures Bienveillantes (ou “Les Bienveillantes”), constitue avant tout un réseau fondé sur un socle de valeurs fortes et communes, traduites ensuite en différentes actions.

Parmis ces valeurs, nous retrouvons l’écologie, en premier lieu. Le féminisme, aussi. Puis, sont également fondatrices les notions de : sororité, écoféminisme, éthique, solidarité donc, équilibre, intelligence collective, inclusion, diversité, respect, responsabilité sociétale, l’entraide, etc. 

Personnellement, je ne me suis jamais réellement reconnu dans les réseaux professionnels. Le côté “business” comme unique valeur m’a toujours franchement mise mal à l’aise.
Je souhaitais proposer à toutes celles dans ma situation, une nouvelle manière de networker

 

Une communauté de femmes entrepreneures 

 

Pourquoi les femmes entrepreneures

Depuis que j’ai retrouvé mon statut de community manager freelance, je fais la connaissance de nombreuses femmes. Mon réseau s’étend naturellement. À bordeaux, mais aussi à travers la France et le monde.

Vous savez, on peut faire deux constats assez parlant aujourd’hui : 

  • d’un côté, les femmes sont les premières à subir les effets du changement climatique (les premières impactées dès qu’un gouvernement ou une nation va mal, aussi), pour tout un tas de raisons comme le simple fait qu’elles n’aient pas la priorité à l’éducation, ou possèdent moins de 2% des terres à l’échelle mondiale… 
  • … de l’autre, on remarque que lorsque les femmes sont majoritairement représentées dans une organisation (État, entreprise ou autres), l’environnement et les minorités s’en portent soudainement mieux

“Pire”, les femmes semblent mieux manager et gérer les entreprises ! En effet, elles s’éloignent volontairement des codes imposés par un patriarcat qui ne leur ressemble pas, car asservissant la nature et proposant une architecture définitivement trop horizontale pour elles. 

Les femmes sont aussi moins dans la compétition, mais plus dans le partage et l’entraide. Protéger la vie et la faire prospérer fait définitivement partie de leur ADN. Ce n’est pas un constat biaisé ou une lubie de ma part, ce sont des études sérieuses et des données statistiques qui le démontrent : les femmes entreprennent bel et bien différemment

Et je dois avouer que j’aime beaucoup cette différence. 

Elle me paraît tellement nécessaire pour créer le monde de demain

 

les entrepreneures bienveillantes

 

Ce clivage sensible, je l’avais déjà notifié de manière totalement empirique… en observant les femmes entrepreneures que j’ai le bonheur de connaître ou seulement croiser. Vous l’avez compris, ce sont elles qui m’ont d’abord inspiré l’idée des Bienveillantes

Bien sûr, je ne dis pas que les hommes sont incapables de porter les valeurs évoquées plus haut. Au contraire, et j’en ai de formidables exemples autour de moi ! 

Tout comme je n’oserais pas affirmer que toutes les femmes sont tournées vers la bienveillance universelle… Ce serait ridicule. 

Néanmoins, les études traduisent surtout une certaine tendance… que j’aimerais mettre à profit, pour le meilleur.

Mais force est de constater que les femmes sont naturellement plus enclines à créer des connexions, à s’entraider et à communiquer les unes avec les autres plutôt que de jouer le jeu de la compétition systématique. 

 

La mission des entrepreneures bienveillantes 

 

En premier lieu, nous réunir : sur le board inspirationnel ainsi que le groupe privé

Cela nous permet de nous rassembler sur un morceau de digital, de créer une atmosphère et un sentiment d’appartenance au-delà de tout éloignement géographique. 

Mais pour concrétiser notre volonté d’agir et d’avoir un impact positif sur notre environnement et les membres du réseau, il faut des actions concrètes et des rencontres physiques. Avec tout ce numérique ambiant, nous avons plus que tout besoin de nous voir en chair et en os. 

Pour donner du sens à ce réseau professionnel, nous avons identifié 5 points : 

  • Créer du lien entre les femmes entrepreneures possédant les mêmes valeurs, les sortir de leur isolement et leur offrir un cadre d’échanges bienveillant et sécurisé 
  • Rendre nos pratiques de plus en plus éco-responsables afin de répondre à l’urgence environnementale 
  • Soutenir des causes sociales et environnementales à travers plusieurs types d’actions (je vous en dis plus après concernant le procédé !)
  • Monter en compétences entrepreneuriales et aider les femmes à se lancer
  • Rayonner, et se rendre contagieuses… (à traduire par : rallier à notre cause toutes celles – et ceux, car nous avons déjà des parrains bienveillants – alignées avec nos valeurs et promouvoir nos actions et avancées afin de donner envie à d’autres d’évoluer vers de l’écologie intérieure et extérieure) (là aussi, je vous explique comment nous allons faire un peu plus bas)

 

les entrepreneures bienveillantes

 

Les actions des entrepreneures bienveillantes

 

7 types d’actions seront proposés durant la première année du réseau. 

“Ensemble, on va plus loin !

1) Une grande cause annuelle 

Chaque année, les Bienveillantes se réuniront en début de période scolaire afin de procéder à un vote. Au cours de celui-ci, sera décidé autour de quelle action majeure toutes les membres du réseau se réuniront… au travers d’un mécénat de compétences actif sur l’ensemble de l’année, ou encore de collectes de fonds régulières. 

Exemples

  • Création d’une campagne de communication pour un refuge animalier ne pouvant s’offrir les services d’une agence 
  • Organisation d’une campagne de crowdfunding pour permettre à des femmes défavorisées d’entreprendre (en France, ou au sein même de leur pays) 
  • Soutien d’un programme d’une ONG comme Care France

 

2) Ateliers gratuits  

Chaque mois, et par région, une membre pourra organiser un atelier permettant aux autres bienveillantes de découvrir son activité. La sélection s’opèrera soit par votes préalables dans le groupe privé, ou bien par désignation par une commission, ou encore par les responsables de l’association.
Ces ateliers seront gratuits pour les membres, à qui ils seront proposés en priorité. Ainsi, chacune pourra étendre son réseau en réalisant une démonstration de son professionnalisme et de ses compétences.
La membre se verra confier l’ensemble de l’organisation et de la logistique, mais elle sera appuyée par le réseau tout entier (et par moi-même, évidemment). Les volontaires seront toujours encouragées à lui donner un petit coup de main. 

Exemples

  • Atelier aroma-yoga avec Marine Roussel 
  • Atelier déjeuner en pleine conscience avec Alexandra Muller 
  • Atelier zéro déchet avec Camille Choplin 
  • Atelier gestion de projet avec Charlotte Maury
  • Atelier community management avec moi-même
  • Atelier brainstorming créatif avec Laëtitia Rosez
  • Atelier dégustation de vins biologiques avec Noémie Tanneau 
  • … et de nombreux autres selon les métiers des unes et des autres 

 

3) Ateliers solidaires  

En définitive, il s’agit exactement du même principe que les ateliers gratuits, à la différence près que ceux-ci seront payants ha ha. Pourquoi ? Pour pouvoir récolter des fonds pour une association ou une cause en lien avec les valeurs des bienveillantes.
Les places seront donc proposées en priorité aux membres du réseau, puis seront ouverts au public afin de compléter… Afin de réunir des sommes d’argent plus conséquentes, il convient également d’organiser des ateliers à plusieurs. 

Exemple

  • Coupler un atelier sophrologie avec un atelier marketing facebook, et reverser 80% des fonds récoltés lors de la vente des places à une association locale 
  • Ou bien, un atelier slow-fashion associé à une exposition photo… 

 

4) Afterworks régionaux  

Les futures membres des bienveillantes étant présentes à travers la France entière, nous nommerons rapidement des ambassadrices par région.
Ainsi, ces dernières pourront s’emparer du modèle initié à Bordeaux et proposer des rencontres régulières (idéalement, tous les deux mois) aux membres proches géographiquement. Ces événements pourront prendre la forme d’afterworks ou petits-déjeuners organisés avec des partenaires locaux. 

Exemple

  • À Bordeaux, j’ai pu bénéficier d’un magnifique lieu d’accueil grâce à David Inquel (fondateur d’Harvey et SkilBill), parler dans un chouette micro grâce à Mehdi Bezzouine et proposer quelques mets vegans à mes convives grâce à Sweet greens
  • Nous envisageons un partenariat avec BloomHer, un réseau qui rejoint nos valeurs et notre volonté de soutenir les femmes entrepreneures. Des rencontres seront co-organisées par nos deux cercles. 

 

5) Groupes masterminds métiers 

Toutes les membres rejoignant Les Bienveillantes sont profondément sensibles aux enjeux écologiques de l’époque, et souhaitent transformer leur métier afin de le rendre respectueux de l’environnement. Seule, cette démarche s’avère compliquée (sinon contre-productive côté entreprise). Mais en s’alliant les unes aux autres, ce chemin prend une toute autre dimension… non seulement les transformations sont possibles, mais elles s’opèrent dans la joie.
Pour l’instant, nous n’avons pas encore déterminé quelle forme pourrait prendre ces groupes. Probablement des sous-groupes facebook pour commencer, ou bien des mini-groupes sur une application tierce. 

 

6) Contenus online  

Ces divers rencontres, échanges et travaux donneront lieu à de nombreuses restitutions. Des articles, des livres blancs, des contenus social média, à diffuser au plus grand nombre. Les Bienveillantes ont vocation à partager chaque avancée, afin de miser sur l’intelligence collective. Nous avons tout intérêt à ce que la société s’empare des meilleures réflexions des uns et des autres. 

Exemples

  • Livre blanc sur la communication digitale éco-responsable, rédigé par Léa Rainier suite à deux workshops co-organisés avec les entrepreneurs éco-responsables de Gironde 
  • Vidéo de recueils de bonnes pratiques pour créer son entreprise éco-responsable
  • Article de fond sur les nouveaux modèles d’entreprise et leurs effets directs sur le monde du travail 

 

7) Mobilisations one-shot 

ll arrive que des événements de force majeure suppose une mobilisation urgente des membres du réseau. Des actions extraordinaires pourront tout à fait être organisées dans ce cadre-là. 

Exemples

  • Une campagne sur les réseaux sociaux pour alerter sur un événement d’actualité concernant l’écologie ou la solidarité 
  • Atelier création de CV et recherche d’emplois pour des femmes réfugiées ayant fui leurs pays pour espérer offrir une meilleure vie à leurs enfants (avec L’autre institut by Princ’ess

 

céline afonso tirel

 

Les premiers travaux pour la rentrée 

 

Cet été, nous allons commencer par le commencement : fonder l’association

Le bureau sera composé de Charlotte Maury (en qualité de trésorière générale), de Laëtitia Rosez (en qualité de secrétaire générale) et de moi-même, Céline Afonso-Tirel (en qualité de présidente). 

Cet outil administratif nous permettra de structurer nos projets, et ensuite de prétendre à des subventions (publiques ou privées) afin de pouvoir les mener à bien. 

Une première version de la charte commune (élément fondateur puisqu’elle fait mention de nos valeurs), sera proposée à la rentrée. J’en ferai la lecture lors de notre afterwork bordelais à venir en octobre. 

Bien sûr, un site Internet est aussi en préparation. Il constituera ainsi la vitrine de notre réseau, proposant en accès libre la charte commune à toutes les entrepreneures bienveillantes membres (et donc, signataires) mais également à nos partenaires, clients, mécènes et bénéficiaires. 

La mise en route de tous les points évoqués plus haut suppose d’avoir une équipe engagée sur le long-terme. C’est pourquoi il nous faut rapidement recruter des bienveillantes désireuses de s’investir bénévolement (pour l’instant en tout cas) dans l’association ! 

J’ai souhaité attribuer un titre à chaque rôle que les bienveillantes pourront tenir au sein de la communauté. 

Pour ce faire, je me suis inspirée des différents “métiers” des abeilles ouvrières (qui peuvent avoir jusqu’à 7 casquettes différentes au cours de leur existence). Cela faisait sens en effet… les abeilles sont un symbole majeur de la fragilité de notre écosystème, mais aussi de son interdépendance absolue (que certains ont trop tendance à oublier). Mais les abeilles sont aussi de nobles travailleuses, solidaires entre elles et garantes du bon fonctionnement d’un environnement plus global que leur seule ruche. C’est précisément ce que j’aimerais reproduire avec Les Bienveillantes.

Ainsi, cela nous recrutons des : 

  • Architectes – elles consolident et structurent le réseau 
  • Butineuses – elles recherchent des partenariats, des relais médias et actions à soutenir
  • Gardiennes – elles animent et modèrent  les groupes locaux et métiers 
  • Ventileuses – elles sont les référentes en matière d’écologie et guident les autres
  • Nourrices – elles sont les plus avancées en terme d’entrepreneuriat et proposent du mentoring aux néo-entrepreneures du réseau qui en ressentent le besoin

Nous avons aussi besoin des talents d’une graphiste, afin de créer une identité visuelle qui nous est propre. Ainsi, chaque membre pourra s’approprier le logo des bienveillantes – comme une sorte de label – et revendiquer son appartenance au réseau sur ses propres supports de communications digitaux ou print. 

 

les entrepreneures bienveillantes

 

Comment adhérer au réseau les bienveillantes ?

 

Plusieurs éléments viennent concrétiser l’entrée d’une membre dans le réseau : 

  • Avoir le profil approprié – Elle doit nécessairement être une entrepreneure, ou bien une entrepreneure en devenir (le but des bienveillantes étant également de soutenir les initiatives entrepreneuriales féminines). 
  • Partager nos valeurs – L’éthique, l’écoféminisme et la sororité sont au coeur de notre réseau. Chaque membre doit se reconnaître dans ces éléments. 
  • S’acquitter des 10 € de cotisation annuelle minimum – Afin de garantir le sérieux et la qualité de notre réseau, nous avons fait le choix de fixer une cotisation. Celle-ci demeure volontairement très accessible, afin de ne constituer un frein pour aucune d’entre-nous. Les membres gérantes de sociétés plus conséquentes, souhaitant soutenir le développement de nos actions sont invitées à verser une cotisation en conscience, plus élevée et selon leurs moyens. La cotisation est fixée de manière symbolique, pour réaliser un tri entre les curieuses et les motivées. Les fonds collectés serviront à certains frais incontournables (hébergement du site Internet par exemple). Le surplus sera reversé à l’association choisie ensemble. Seules les membres ayant cotisé pourront participer aux ateliers gratuits et organiser des ateliers payants. 
  • S’engager sur au moins une action – Cela peut être la participation à un événement, la rédaction d’un contenu pour le réseau, la mise en place d’un partenariat, un don, une mise à disposition matériel, le mentoring des membres, la modération de groupes, l’animation d’un atelier, etc… 

Ce projet est celui de femmes qui souhaitent entreprendre pour changer le monde à leur niveau… en changeant de récit. Les Bienveillantes sera un collectif associatif qui aura vocation à être copié, plagié, parce qu’il est convaincu que son action est juste et nécessaire à tous les niveaux. 

J’espère qu’à la fin de l’année, nous pourrons déjà observer les bénéfices de notre engagement commun. À côté de chez nous, ou plus loin. 

les entrepreneures bienveillantes

Pour terminer ce premier article, qui amorce notre démarche, je vais reprendre la citation qui a clôturé ma présentation lors de l’afterwork bordelais, en espérant qu’elle résonne en vous aussi : 

 

« Ne doutez jamais qu’un petit groupe d’individus conscients et engagés puissent changer le monde. C’est même toujours comme ça que ça s’est passé. »
Margaret Mead, Anthropologue 1901 – 1978

 

Si le projet vous tente, n’hésitez pas à nous rejoindre… en tant que membre ou partenaire.
Tout ceci pourra prendre forme grâce à vous ! 

Mon email
Le groupe privé
Le board d’inspiration
Le support de présentation de l’afterwork bordelais (jetez-y un petit oeil !)

Je rajouterai le lien vers le site Internet officiel quand celui-ci sera prêt, ainsi que le lien pour devenir membre officielle du réseau 🙂 

Merci pour votre lecture. 

Céline AFONSO-TIREL // community manager et consultante en communication digitale, spécialisée blogging & réseaux sociaux à Bordeaux. Fondatrice du réseau féminin “Les entrepreneures bienveillantes” J’accompagne les entreprises, les marques et les indépendants dans la prise en main de leur présence digitale.
Me contacter